Toxoplasmose Congénitale : protocole de suivi allopathique per et post grossesse

Mis à jour : 1 oct. 2019







La toxoplasmose est une maladie parasitaire sans conséquence sur une personne en bonne santé. Elle passe alors inaperçue (fièvre modérée, ganglions, maux de tête, éruption cutanée, douleurs articulaires et musculaires, fatigue prolongée sur plusieurs semaines voire mois), mais chez l'immuno-déprimé (SIDA) ou chez la femme enceinte les conséquences sont très graves.


Lorsque le diagnostic est posé, du fait d'une prise de sang révélant la présence d'anticorps IgM et IgG, l'objectif est de préserver le foetus, empêchant que le toxoplasma gondii ne franchisse la barrière placentaire, ce qui pourrait provoquer des séquelles cérébrales et la cécité.  Un test d'avidité des IgG est réalisé dans certains laboratoires afin de dater l'infection. 


Les risques diffèrent selon la période de contamination. En effet, au premier trimestre de grossesse, il y a moins de risques que le foetus soit affecté, mais si il l'est, les conséquences seront beaucoup plus graves que si la contamination se fait au troisième trimestre. En revanche, une contamination au troisième trimestre, présage d'une contamination du foetus, avec des risques de séquelles amoindris (mais attention cela ne signifie pas que l'enfant qui ne présente aucun trouble à la naissance, voire jusqu'à la puberté ne sera pas inquiété à l'âge adulte, loin s'en faut).


Un traitement à base de Spiramycine (ROVAMICYNE) est donné à la future maman, en attendant la réalisation d'une ponction du sang foetal, via le cordon ombilical. Le sang prélevé est alors inoculé à des souris, afin d'objectiver si celles-ci développent des anticorps contre le toxoplasme :

Si les résultats sont négatifs :


* Le traitement de ROVAMICYNE est poursuivie par la future maman jusqu'à l'accouchement,

*Dès la délivrance, le placenta est analysé au laboratoire pour effectuer une nouvelle sérologie, et confirmer ou infirmer le diagnostic.

* Une sérologie est pratiquée sur le nouveau-né et sera doublée à 48h environ après sa naissance.


Si les résultats sont positifs :


* La conversion au foetus a eu lieu : on parle de Toxoplasmose Congénitale.

* Le traitement évolue alors vers l'association de deux molécules jusqu'à l'accouchement : la Pyriméthanine et la Sulfadiazine, toutes deux associées à l'Acide Folique. Une NFS (Nouvelle Formule Sanguine) est réalisée tous les mois car les risques d'anémie et de chute du taux plaquettaire sont grands. il sera suivi durant la première année d'existence de l'enfant.

* Les visites au service de pédiatrie hospitalière se fera jusqu'à la puberté. L'enfant apprendra alors à détecter les indices d'une infection/inflammation de la rétine et de la choroïde (la Choriorétinite) qui devient alors la principale crainte d'affection future :


- sensation de grain de sable dans l'oeil

- sensation d'une mouche dans l'oeil

- sensation d'une tâche noire dans l'oeil (obstruction de la macula)


Les risques potentiels pour l'embryon et le foetus :


- Hydrocéphalie

- Retard mental

- Calcifications intracrâniennes ;

- Choriorétinite (inflammation touchant deux parties de l’œil, la choroïde et la rétine) ;

- Ictère,

- Atteinte parfois de presque tous les organes

- Avortement tardif,

- Mort fœtale in utero sont possibles.


Comme indiqué plus haut, plus l'infection a lieu tard pendant la grossesse, plus l'enfant a de risques de contracter une Toxoplasmose Congénitale, mais moins les risques sont importants, car son système immunitaire a eu le temps d'arriver à maturation.


En revanche, l'enfant atteint, qui ne présente aucun symptôme durant toute son enfance, n'est pourtant pas à l'abri de développer une Choriorétinite (inflammation de la choroïde et de la rétine) laquelle, selon son emplacement dans l'oeil, peut occasionner une perte de la vision centrale partielle ou totale. La toxoplasmose congénitale entraine alors ce que l'on appelle une Toxoplasmose Oculaire.



Souvenez-vous : la toxoplasmose est une infection parasitaire qui n'est pas à prendre à la légère. Lorsque la séroconversion a eu lieu, nul de sait, j'ai bien dit NUL NE SAIT, comment la maladie va évoluer, y compris le corps médical.


Dans mes prochains post :


- évolution des symptomes

- Etat psycho-émotionel / déclenchement du foyer de choriorétinite

- Solutions préventives et d'accompagnement d'un traitement allopathique, par des solutions naturelles....

Créé par Séverine GRAVEJAT Naturopathe - Iridologue

Centre Agrée Bol d'Air Jacquier®

20, Mail Georges Sand

34570 MONTARNAUD

06 78 55 32 09

Ou à votre domicile sur :

Vailhauquès, Argelliers, La Boissière, Saint-Paul et Valmalle, Murles,  Muriel les Montpellier

  • Facebook